samedi 30 mai 2009

To kill a tweeting bird

I have decided to take my leave from Twitter, the now-popular social media website everyone's talking about. It's not that I'm worried my future employer might find some ugly thing I've tweeted (like I've tweeted ugly things, pff), or that my brain is going to turn into jelly. The thing is, I just don't feel like posting updates for 97% people I've never even seen in real life, 52% of which are marketers, 34% are spammers, and maybe a good 11% whom are actual friends or particularly interesting people (statistics may not be accurate). In fact, I don't think these people care much about what I am doing with my life, either (sure, maybe some of them do, but then again that's not the majority).

This is not meant to be an offense to any of my followers or to any of the people I was following.

Rather, it is meant to be a final goodbye to each and everyone of these people (except the previously mentionned 11% actual friends or particularly interesting people).

My bird is dead and you probably won't hear from him again. Until maybe one day I'll make another account and start over. But when that happens, it probably won't be on Twitter.

3 commentaires:

Sylvain a dit…

Je trouve toujours ça un peu plate quand quelqu'un que je suis (sur Twitter ou ailleurs) accroche ses "patins"... Cette semaine, c'était aussi le blogueur Michel LeNeuf qui fermait son blogue : triste événement à mon avis.

Surtout quand les raisons évoquées sont statistiques. Le nombre n'est jamais garant de la qualité, dit-on ;-)

Ainsi, il y a des gens qui twittent beaucoup moins que moi, mais que je lis avec plaisir, car ma réflexion s'en trouve bonifiée. Nous co-construisons ensemble, dans la mesure où on peut trouver un peu de temps, c'est tout... En fait, tout le monde n'a pas cette vision: il y a des "marketeux" qui veulent, à moyen terme, notre bien ou qui tentent de l'avoir, mais il y a aussi des gens qui réfléchissent et qui construisent... Combien sont-ils: je m'en fous éperdument !

Combien connais-je en personne ? Peu. Mais je dois avouer ici que c'est d'en avoir vu en personnes quelques-uns, lors d'une réunion -non-conférence internationale sur le Web 2.0, organisée par Mario Asselin, qui m'a donnée la piqûre un certain 15 septembre 2007. Je bloguais déjà, mais ça a multiplié mon implication. J'ai eu le goût de sauter dans ce train !

Pendant que tu quittes Twitter, où je dois reconnaître qu'il y a souvent beaucoup de bruit poru pas toujorus grand chose, je parle du pouvoir de Twitter et d'autres outils web 2.0...

Au plaisir de te lire, ici et ailleurs !

François Guité a dit…

L'important n'est pas de Twitter, mais de se réseauter socialement. Twitter n'est qu'un moyen pour ce faire, et je suis d'accord avec toi qu'il a ses inconvénients.

Tu auras eu la curiosité de l'expérimenter. C'est tout à ton honneur. Je sais qu'on se retrouvera ailleurs.

Mike_LD a dit…

@Sylvain: J'utilisais des chiffres pour que ce soit plus parlant, mais vous avez raison, que certains de mes followers soient des marketers ou que je n'aie rencontré qu'une très petite partie de mes followers en personne ne justifie pas mon départ. En fait, ce ne sont que deux raisons minimes qui, ajoutées à d'autres, justifient mon départ. Le service en tant que tel pourrait être beaucoup amélioré.

@François: Pas de doute! ;)